Jeux de Pouvoir

Dans un royaume du Moyen âge, luttez pour faire de votre famille la plus puissante ! Obtenez les plus hauts titres… et les privilèges qui vont avec !
 
Répartition des joueurs dans les duchés - lien
Kits de démarrage - lien
Postes importants à pourvoir et prédéfinis - lien
Le Duché de Irbel est encore libre - faire un duc ?

Partagez | 
 

 Religion du Royaume des Sept

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Points de fidélité : 420

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Religion du Royaume des Sept   Dim 31 Déc - 10:25


La religion




Note : La religion n'est ni plus ni moins que l'adaptation de la religion de l'univers de Dragon Age. Elle a été choisi pour sa facilité de compréhension et son organisation hiérarchique.



SOMMAIRE


Organisation du culte : Hiérarchie de la Chantrie - lien

Le Créateur - lien

Arsinoé, compagne du Créateur - lien

Les textes sacrés - lien

L'immatériel, le lyrium & la cité noire - lien

Le bannissement de la magie & les Templiers - lien

Les démons - lien


Dernière édition par Fondatrice le Jeu 18 Jan - 13:32, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeux-de-pouvoir.forumactif.com


Points de fidélité : 420

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   Dim 31 Déc - 10:39


Hiérarchie de la Chantrie




La Divine est le chef attitré de la Chantrie. Elle est la représentante du Créateur et de son épouse Arsinoé sur Terre.


Juste après elle viennent les Grandes prêtresses. Chacune préside sur de nombreuses chantries et représente la plus haute autorité religieuse à l'échelle régionale. Elles se rendent à Weaverleyne (dans le Duché de Glinnery) lorsque le Collège des prêtresses tient assemblée, mais restent la plupart du temps au poste qui leur a été attribué. Il convient de s'adresser à une grande prêtresse par "votre Grâce" ou "votre Excellence".


Vient ensuite les "Mères". Si une mère se voit confier une chantrie donnée, le terme "Révérende" est antéposé à son titre, ce qui donne "Révérende-Mère". Il s'agit là des prêtresses responsables du salut de leurs fidèles. Une mère ou Révérende mère est appelée "votre Révérence".


Les Frères et sœurs forment le tout-venant de la Chantrie. Ils sont répartis en trois groupes principaux : confirmés, initiés et prêtres.

Les confirmés sont les frères et sœurs convers de la Chantrie, les petites gens qui se sont tournés vers la foi pour y trouver le secours. Ce sont souvent des individus qui ont mené une vie difficile ou impie et ont choisi de vivre en reclus, voire des orphelins et autres infortunés qui ont été élevés au sein de la Chantrie. Les confirmés s'occupent de la Chantrie en échange d'une vie de méditation et de tranquillité, loin de toute indiscrétion.

Seuls ceux qui prononcent leurs vœux deviennent initiés. Il s'agit là d'hommes et de femmes qui étudient, qui les sciences de l'esprit, qui les disciplines martiales. Tous les initiés reçoivent une éducation académique, mais seuls ceux qui souhaitent devenir templiers apprennent à combattre.

Véritables érudits de la Chantrie, les prêtres ont voué leur vie à la poursuite du savoir. On les trouve souvent dans les archives, à superviser les bibliothèques et autres dépositaires de savoir ancestral. Les plus âgés de ces prêtres, à qui l'on confie de telles archives, portent le titre de "doyen", bien qu'un tel rang reste inférieur à celui de mère. Tous les autres frères et soeurs sont appelés en antéposant leur titre à leur nom, par exemple "frère Génitivi".


Il est à noter en outre que le tutoiement est de mise au sein de la Chantrie ainsi qu'envers autrui, indépendamment de son rang et de son origine ; car aux yeux de la Chantrie, nous sommes tous frères et sœurs. Il reste néanmoins conseillé de vouvoyer les chantristes, sous peine de devenir immédiatement candidat à un prosélytisme effréné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeux-de-pouvoir.forumactif.com


Points de fidélité : 420

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   Dim 31 Déc - 10:47


Le Créateur




Rien n'avait de nom
Ni les cieux, ni la terre, ni l'océan ni le Soleil.
Seul existait le silence.
Alors la Voix du Créateur retentit,
Le premier Verbe,
Et son Verbe devint tout ce qui serait jamais :
Rêve et idée, espoir et peur,
Possibilités infinies.
De cette matière, il créa ses premiers-nés.
Et il leur dit :
Je vous forge en Mon image
Et vous octroie gouverne
Sur toute Ma création.
Que votre volonté
Préside à toute chose.

Alors au centre des cieux,
Il fit jaillir
Une cité aux tours d'or,
Aux rues pavées de musique,
Aux bannières qui flottaient sans un souffle de vent.
En ce lieu Il trôna, à attendre
D'admirer les merveilles
Que créerait Sa progéniture.

Les enfants du Créateur se rassemblèrent
Au pied de Son trône d'or
Et chantèrent des hymnes et louanges sans fin.
Mais leur chant
Etait celui des pavés.
Ils brillaient des reflets
De l'or sur le trône du Créateur.
Ils portaient haut les bannières
Qui flottaient sans aide.

Et la voix du Créateur retentit
En l'Immatériel : J'ai façonné Mon premier-né
A Mon image. Vous avez reçu mainmise
Sur tout ce qui existe. La création est soumise
A votre vouloir.
Pourtant vous n'en faites rien.
Le royaume que Je vous ai donné
Est informe, inconstant.

Et Il sut que Son ouvrage avait failli.
Aussi le Créateur se détourna-t-Il de ses premiers-nés
Et prit à l'Immatériel
Une once de sa chair vivante
Qu'Il plaça loin des esprits. Et telles furent Ses paroles :
En ce jour, Je décrète
Qu'il est opposition en toute chose :
Pour la terre, le ciel
Pour l'hiver, l'été
Pour les ténèbres, la Lumière.
Seule Ma volonté peut rompre l'équilibre
Et insuffler au monde une nouvelle vie.

Et le monde n'était plus informe, inconstant,
Mais solide, immuable,
Doté de noms pour les cieux et la terre, l'océan et le Soleil.
Pour finir, le Créateur
Façonna dans le monde tangible
L'homme. Aussi immuable que la terre,
A l'âme peuplée de rêves et idées, espoirs et peurs,
Possibilités infinies.

Alors le Créateur dit :
A toi, mon deuxième enfant, Je lègue ce don :
En ton coeur brûlera
Une flamme inextinguible
Dévorante et jamais satisfaite.
Je t'ai façonné de l'Immatériel,
Et à l'Immatériel tu reviendras
Chaque nuit en songe
Pour te souvenir à jamais de Moi.

Alors le Créateur ferma à jamais les portes
De la Cité d'Or
Et en ce lieu Il trôna, à attendre
D'admirer les merveilles
Que créerait Sa progéniture.

--"Oraisons" 5:1-8.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeux-de-pouvoir.forumactif.com


Points de fidélité : 420

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   Dim 31 Déc - 11:00


Arsinoé, Compagne du Créateur




Jadis existait sur la côte du Duché de Orlind un minuscule village de pêcheurs dont l'Empire réduisit les habitants en esclavage et les vendit sur ses marchés, en n'épargnant que vieillards et infirmes. Parmi les captifs, la jeune enfant Arsinoé.

Elle grandit donc esclave en une contrée lointaine, puis un jour parvint à s'échapper et entreprit seule le long et périlleux voyage pour retourner en sa terre natale. D'esclave, elle devint femme d'un seigneur de Ullarn.

Chaque jour, elle élevait aux dieux un chant pour les implorer d'aider les siens, restés esclaves au sein de l'Empire. Les faux dieux des montagnes et des vents ne daignaient pas lui répondre, mais le dieu véritable vint à elle.

Le Créateur parla. Il lui montra tout ce qu'Il avait fabriqué de Sa main : l'Immatériel et le monde et toutes les créatures qui les peuplaient. Il lui fit voir que les hommes L'avaient oublié, qu'ils adoraient idoles muettes et démons, et qu'Il les avait abandonnés à leur sort. Mais sa voix Lui était parvenue et L'avait à ce point ravi qu'Il lui offrait une place à Ses côtés, en souveraine de la création.

Mais Arsinoé ne pouvait se résoudre à abandonner son peuple.

Elle supplia le Créateur de revenir parmi Ses enfants, de les sauver du cruel Empire. A contrecœur, le Créateur accepta de donner à l'homme une seconde chance.

Arsinoé s'en retourna auprès de son époux, et lui répéta tout ce que le Créateur lui avait révélé. Ensemble, ils rallièrent les Ullarn et marchèrent sur l'Empire, le Créateur à leurs côtés.

L'épée du Créateur était la création elle-même : feu et inondation, famine et tremblement de terre. Partout où ils allaient, Arsinoé répandait la bonne parole du Créateur et les disciples d'Arsinoé se faisaient de plus en plus nombreux, jusqu'à devenir une véritable marée qui se déversa sur l'Empire. Mais lorsque l'époux s'aperçut que toute l'attention était portée sur Arsinoé, le serpent de la jalousie enserra son cœur.

Quand les armées du Créateur parvinrent aux portes de la capitale impériale, Arsinoé n'était plus là. En effet, son époux l'avait livré en secret à l'Empire ; en contrepartie, l'archonte lui donnait toutes les terres du Royaume des Sept.

Ainsi donc, devant toutes les armées, Arsinoé fut attachée sur un bûcher et brûlée vive tandis que son époux ici-bas faisait détourner les yeux de son armée, car son cœur avait été dévoré. Mais en contemplant le bûcher, l'archonte fut pris de pitié pour Arsinoé. Il dégaina son épée et lui offrit la miséricorde d'une mort rapide.

Le Créateur pleura la mort de Sa bien-aimée, maudit l'époux mortelle de son amour et le condamna à l'anonymat perpétuel, maudit la trahison de l'humanité et se détourna à nouveau de Sa création en n'emmenant avec lui qu'Arsinoé. Depuis lors, notre Dame siège à Ses côtés et l'exhorte inlassablement à avoir pitié de Ses enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeux-de-pouvoir.forumactif.com


Points de fidélité : 420

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   Dim 31 Déc - 11:09


Les Textes sacrés de la Chantrie




Les Commandements du Créateur


Telles sont les vérités que le Créateur m'a révélées :
Comme il n'existe qu'un monde,
Une vie, une mort, il n'existe
Qu'un dieu, notre Créateur.
Ceux qui consacrent leur amour à de faux dieux,
Ceux-là sont des pécheurs.

La magie doit servir l'homme, et non l'asservir.
Bien méprisables sont ceux
Qui ont retourné Sa manne
Contre Ses enfants.
Ceux-là seront nommés maléficiens et leur nom sera maudit ;
Ils ne connaîtront le repos ni en ce monde,
Ni dans l'au-delà.

Du plus humble des esclaves au plus grand des rois,
Tous les hommes sont nés
Des mains du Créateur.
Qui sème le conflit et nuit
Au moindre de Ses enfants sans y avoir été contraint,
Celui-là est maudit par le Créateur.

Qui de ses actes est parjure, menteur,
Et cherche à duper, qu'il sache ceci :
Il n'est qu'une Vérité.
Notre Créateur est omniscient
Et jugera de leurs mensonges.

Rien n'est infini ici-bas.
Ce que gagne l'un, l'autre le perd.
Qui vole son prochain
Porte atteinte à son être et son esprit.
Notre Créateur le constate le coeur lourd.

--"Transfigurations" 1:1-5.





Le Cantique de la Lumière


Nombreux, ceux qui se vautrent dans le péché,
Persuadés d'être damnés de corps et d'âme,
Mais qui se repent, qui garde sa foi entière
Malgré les ténèbres du monde,
Qui traite les faibles sans veulerie ni dédain
Mais respecte la loi
Et les oeuvres du Créateur, celle-là connaîtra
La pureté bénite du Créateur.
La Lumière lui fera traverser dans la paix
Les voies de ce monde et de l'au-delà.
Pour celle qui s'en remet au Créateur, le feu est son eau.
Tout comme le papillon de nuit voit la lumière et s'approche de la flamme,
Elle doit voir le feu et s'approcher de la Lumière.
Le Voile ne lui réservera nulle incertitude,
Pas plus qu'elle ne redoutera la mort, car le Créateur
Sera son flambeau et son bouclier, ses fondations et son épée.

--"Transfigurations" 10.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeux-de-pouvoir.forumactif.com


Points de fidélité : 420

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   Dim 31 Déc - 11:24


L'immatériel,

le lyrium,

la Cité noire




L'immatériel


De tout temps, l'homme a étudié l'Immatériel, car depuis lors que nous rêvons, nous arpentons ses chemins sinueux pour parfois apercevoir brièvement la cité en son coeur, toujours à portée de main comme nos propres pensées, mais à jamais séparée de notre monde.

L'Empire consacra jadis des fortunes colossales en or, en lyrium et en esclaves humains à la cartographie de l'Immatériel, entreprise qui se révéla totalement futile. Bien que ce domaine soit divisé entre puissants esprits, tout l'Immatériel est en constante mutation. L'Empire parvint à trouver les royaumes disparates et instables d'une douzaine de seigneurs démons, ainsi qu'à recenser quelques centaines de types d'esprits, avant de devoir abandonner le projet.

La relation du rêveur à l'Immatériel est complexe. Même lorsqu'un mortel pénètre dans ce monde à l'aide de lyrium, il n'est pas capable d'exercer une quelconque influence. Les esprits qui y résident n'ont pas cette entrave ; toutefois, la Chantrie nous enseigne que leur faille est de n'avoir ni imagination ni ambition. Ils créent ce qu'ils voient en leur visiteur assoupi, construisent des doubles complexes de nos cités, de nos congénères, de notre vécu. Mais comme le reflet que projette un miroir, ces doubles sont dénués de contexte, de vie propre. Même les démons les plus puissants ne font que plagier les noires pensées et les peurs des mortels, et construisent leurs royaumes sans autre ambition que de goûter à la vie.

--Tiré de "Du rôle de l'Immatériel en la culture humaine".





Le lyrium


Plus de la moitié des richesses d'Orlind sont dues à une substance d'une extrême rareté : le lyrium. La Chantrie y voit les "eaux de l'Immatériel" dont fait état le Psaume des oraisons, l'essence même de la création dont s'est servi le Créateur pour façonner le monde. Seule une poignée de familles parmi la caste des mineurs se risquent à extraire ce minerai, en trouvant des filons "à l'oreille" ; car dans sa forme brute, le lyrium chante et ceux qui en ont la disposition peuvent l'entendre malgré les strates rocheuses.

Le lyrium brut est à ce point dangereux à manipuler que seuls les mineurs vétérans s'en chargent. L'exposition à ce minerai non traité peut provoquer surdité ou perte de mémoire, nausées, cloques et démence.

Malgré ses dangers, le lyrium est le minerai le plus précieux au monde. Dans l'Empire, il valait plus cher que le diamant. Le lyrium traité est expédié exclusivement à la Chantrie qui veille à sa régulation. Il est ensuite fourni aux templiers qui s'en servent pour maintenir la pureté des terres. C'est aux mains de ces derniers que le lyrium livre tout son potentiel. Leurs artisans en font toute une palette d'objets utiles, depuis les plus pratiques comme les pierres de construction magiquement durcies, jusqu'à la légendaire armure d'argent du roi Calenhad.

Mélangé à un liquide et consommé, le lyrium permet de pénétrer conscients dans l'Immatériel, où les autres n'arrivent qu'en rêve.

Toutefois, la consommation prolongée de lyrium engendre une dépendance, un besoin irrésistible. Au fil du temps, les templiers perdent leurs repères, n'arrivent plus à distinguer le passé du présent, le rêve de la réalité. Leurs pires souvenirs et cauchemars hantent leur quotidien et les font sombrer dans la folie de la persécution.

--Extrait de "Lyrium" de frère Génius.





La Cité Noire


Qui se retrouve dans l'Immatériel ne peut manquer d'apercevoir la Cité Noire, l'une des rares constantes de ce lieu en perpétuelle mutation. Où que l'on se trouve, la Cité est toujours visible, quoique toujours au loin ; la seule règle géographique de l'Immatériel est, semble-t-il, que tout point est équidistant de la Cité Noire.

Le Cantique nous enseigne que la Cité Noire était autrefois le siège du Créateur d'où Il gouvernait l'Immatériel, dépeuplé lorsque les hommes se détournèrent de Lui. Ni rêveurs ni esprits ne s'y rendent. Même les démons les plus puissants semblent éviter cet endroit.

Jadis, dit-on, la Cité était toute d'or et de lumière, jusqu'au jour où un groupe de puissants inquisiteurs impériaux conçut le moyen d'y pénétrer. Ce faisant, la Cité se retrouva souillée et noircie. Mais gageons que la couleur était le moindre de leurs soucis.

--Tiré de "Par-delà le Voile : esprits et démons" de l'archiviste Mirmel.


Dernière édition par Fondatrice le Dim 31 Déc - 11:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeux-de-pouvoir.forumactif.com


Points de fidélité : 420

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   Dim 31 Déc - 11:28


Le bannissement de la Magie

&

Les Templiers




Le bannissement de la Magie


Le Royaume des Sept Duché, berceau de la véritable religion, s'est coupé de la Magie en l'honneur d'Arsinoé et du Créateur. Les Templiers, gardiens de la pureté du sol, sont en charge de maintenir intacte les balises sacrées de Lyrium qui annulent toute magie sur le territoire insulaire.

Cette démarche répond au désir du peuple d'entrée à nouveau dans les bonnes grâces du Créateur et ainsi, d'accéder à la Cité d'or, jadis corrompus par les Maléficiens...





Les Templiers


Bras armé de la Chantrie, l'Ordre des templiers a la réputation d'être stoïque et inflexible. Capables de dissiper et résister à la magie en sus de leurs puissantes aptitudes martiales, les templiers ont pour vocation principale d'empêcher la magie de réapparaître sur les Terres des Sept. Les habitants les considèrent comme des sauveurs et des guerriers saints, champions de toutes les vertus, armés d'une piété suffisant à protéger le monde des ravages de la magie impie. En réalité, l'Ordre recherche avant tout des guerriers chevronnés dotés d'une dévotion sans faille envers le Créateur, le sens moral n'étant pas le critère de choix principal : en effet, les templiers doivent faire preuve d'une certaine distance émotionnelle vis-à-vis de leurs missions, or la ferveur religieuse convient mieux à cette fin qu'un sens aigu de la moralité qui risque de les mener à contester certains ordres difficiles.

Les templiers tirent leur puissance du lyrium, un minerai que l'on dit source de toute création. Tandis que les maléficiens s'en servent pour leurs sorts et rituels, les templiers l'ingèrent dans son état brut pour améliorer leur résistance à la magie. L'utilisation du lyrium est régulée par la Chantrie, mais cela n'empêche pas certains templiers de souffrir d'une dépendance dont les effets comprennent paranoïa, obsession et démence. C'est en toute connaissance de cause que les templiers se soumettent à ce "traitement" au service de l'Ordre et du Créateur.

--Extrait du "Serviteur de la pureté", 8:80 des bontés.


Les grades

Général : Chef éminent et incontesté, le Général des Templiers contrôle l'ordre sous toute ses coutures et dans toute sa superficie. Il dicte ce qui doit être fait et délègue le pouvoir local a ses Chevaliers-capitaines. Il supervise l'ordre depuis Glourcity, capitale du duché de Glour, distribuant des ordres généraux ou plus particuliers.

Chevaliers-capitaines : Il s'agit-là des personnes en lien direct avec le Général. Ces hommes et femmes supervisent l'implantation des Templiers au niveau régional et local. Ils servent de chef de référence dans les villes et villages ou l'influence des Templiers est respecté.

Ombres : Les Ombres comprennent sans distinction les éclaireurs, les archers et les assassins de l'ordre. S'ils sont équivalent aux chevaliers, ils sont exclus du corps pour leurs finesse et leurs compétences, notamment du Noble Jeu d'Or et de l'approvisionnement en Lyrium. Il s'agit du corps le moins connu des Templiers.

Chevaliers : Les Chevaliers sont les hommes de mains du Chevalier-capitaine. Aussi appelé chevalier-sous capitaine, ces gens dirigent des petits groupes d'hommes en patrouille. Ce sont eux qui ont la charge des Écuyers, de leurs entraînements et de leurs formations.

Gardiens : Ceux que l'on nomme gardiens sont les Templiers nouvellement confirmé par l'ordre. Ils n'ont aucunes autorités juridiques même s'ils sont traités avec respect et constituent la majeure partie de l'armée des Templiers. C'est à partir de ce grade que les Templiers reçoivent leurs premières doses de Lyrium ainsi que la maîtrise des dons octroyés.

Écuyers : Il s'agit des jeunes recrues qui aspirent à rejoindre l'ordre. Ces jeunes gens subissent un entraînement martial imposé après 15 jours d'études en terme de don de maîtrise et d'étude de la mentalité de la recrue. Ensuite, le Chevalier-capitaine donne l'approbation ou non, et peu renvoyer un aspirant si jugé mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeux-de-pouvoir.forumactif.com


Points de fidélité : 420

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   Jeu 18 Jan - 13:30


Les démons
-
Six types de démons




Les démons de l'Orgueil


"Je vais vous expliquer, mes frères, ce qu’il en coûte d’affronter un démon de l’orgueil."

Ne croyez surtout pas que nos talents soient destinés uniquement à réprimer les mages : non, vous rencontrerez souvent des démons, invoqués par quelque maléficien pour accomplir ses sinistres desseins. Et s’ils posséderont parfois un hôte, ils vous affronteront également sous leur véritable forme… Un redoutable adversaire. Ne le sous-estimez pas.

Orgueil va de pair avec puissance et intelligence. Lorsque nous en rencontrons sous sa forme réelle, ses attaques les plus courantes sont des décharges de feu et de glace. Du feu qui carbonise l’ennemi, une flamme magique qui consume tout ce que vous portez, quelle qu’en soit la facture ; de la glace destinée à figer sur place – prudence, car ils aiment particulièrement recourir à cette technique contre les guerriers. Plus d’un groupe de templiers a commis l’erreur d’assaillir de front un démon de l’orgueil et en a subi les conséquences, croyez-moi. Et si vous pensez que l’aide d’autres mages vous servira, détrompez-vous : les démons de l’orgueil peuvent devenir immunisés à la magie pendant de courtes périodes et, à notre instar, dissiper toute magie dont bénéficie l’adversaire.

Songez-y un instant, mes frères. Veillez à éviter tout orgueil, ou vous risquez fort d’avoir trop en commun avec ce monstre. »

Transcription d’un sermon de Vherem, templier-capitaine de Glourcity, Âges sombres.







Les démons du désir


"De toutes mes études, le moment le plus déstabilisant fut sans doute mon entrevue avec le démon du désir. Sa disposition à me parler indiquait qu’il ne s’agissait pas d’un simple monstre poussé par son seul instinct, mais d’un être rationnel qui me portait autant d’intérêt qu’il m’en inspirait. Il avait revêtu une forme qu’il convient d’appeler féminine, même si je n’ai aucun doute qu’il pouvait en prendre d’autres. L’avait-il choisie parce que je voulais qu’il le fasse, ou parce que je m’attendais à ce qu’il le fasse ? Elle – car il convient désormais d’employer le féminin ‘ elle, donc, me lança un sourire chaleureux et rit d’une voix mélodieuse. Je sentis mon vieux cœur se réchauffer.

Malgré la peur que m’inspiraient cette créature et sa faculté légendaire à dominer le cœur des hommes, je ressentis un soulagement sans limite en me plongeant dans ses yeux noirs. Cette terrible créature de l’Immatériel, découvris-je en lui parlant, était tout simplement incomprise, comme le sont les mages."

-–Tiré du journal de Malcus, ex-enchanteur de rang du Riveïn, Âges Sombres.

De toutes les menaces que dissimule le Voile, aucune n’est plus insidieuse et innocemment mortelle que le démon du désir. La croyance populaire le décrit comme un marchand de luxure qui offre ses faveurs à sa proie pour la tuer au plus fort de l’acte ; mais s’il est vrai qu’un tel démon peut procurer le plaisir, il pourvoit aussi à tout autre désir humain : richesse, pouvoir, beauté et bien d’autres encore.

Autrement plus intelligents que les démons bestiaux de la faim et de la colère, plus ambitieux aussi que ceux de la paresse, ces noirs esprits comptent parmi les plus aptes à posséder les mages. ils ne sont pas rares à être asservis par un démon du désir sans même s’en apercevoir, manipulés à force d’illusion et de duperie. Ces démons peuvent même exercer un contrôle mental pur et simple sur leur proie, bien qu’ils préfèrent la corruption à des méthodes aussi peu élégantes. Plus la tromperie est élaborée, plus la victoire leur est douce.

Il n’y a guère que les démons de l’orgueil pour surpasser ceux du désir, lorsque la colère les prend. Leurs capacités mentales leur permettent de changer d’apparence et même de modifier l’environnement à loisir ; et si en désespoir de cause ils doivent recourir à des expédients plus physiques, il faut alors compter sur leur force et leur rapidité redoutables. La plupart du temps, un démon du désir qui se sait en mauvaise posture tentera de conclure un marché pour conserver sa liberté. Il existe à ce titre bien des histoires de mages qui forcent le démon à exécuter l’un de leurs souhaits, pour se voir en définitive le dindon de la farce.








Les démons de la colère


Rencontrer un démon de la colère sous sa vraie forme, dans l'Immatériel, est une vision d'horreur : une entité élémentaire de feu, le corps visiblement fait de lave amorphe, deux petites fentes irradiant une lumière sinistre en guise d'yeux. Les capacités d'un tel démon sont basées sur le feu qu'il génère. Non seulement il brûle quiconque s'approche, mais les plus puissants d'entre eux sont capables de tirer des jets de feu et même des tempêtes de flammes qui peuvent toucher toute une zone. Par bonheur, même les plus forts des démons de la colère n'ont pas l'intelligence des autres types. Leurs tactiques sont simples : attaquer l'ennemi à vue en y mettant toute la force dont ils disposent, jusqu'à la mort de l'adversaire. Certains démons de la colère insufflent dans l'hôte leurs dons de feu, mais leur véritable forme n'apparaît hors de l'Immatériel que si elle est invoquée par un mage.








Les démons de la colère


"Je contemplai la créature et vis qu’elle était devenue moi-même. Un double en tous points identique de ma forme, de mon esprit me rendit mon regard, tel un miroir. Ce devait être une ruse, pensai-je, une illusion vouée à me faire baisser ma garde… mais en défiant la créature de mon épée, je reconnus dans ses mouvements des techniques qui m’étaient familières. Elle parait comme je parais ; elle frappait comme je frappais. Elle me parla, me dit des choses que moi seul pouvais savoir. Je… pense que ce démon de la paresse n’a ni forme, ni identité propre. Il est la convoitise tout autant que la paresse. Je ne fus sans doute pas le seul à qui il vola la silhouette ce jour-là."

-–Extrait de la déposition de Tyrenus, templier-capitaine de Combrelande, Âges Sombres.

Certains démonologues ont bien du mal à se défaire de l’idée que le démon de la paresse est un être intrinsèquement paresseux. Si c’était le cas, il paraîtrait peu probable qu’il s’embarrasse de franchir le Voile pour pénétrer dans notre monde, ou de posséder une créature dotée d’une quelconque volonté ; or nous savons que les démons de la paresse se livrent à l’un comme à l’autre. Certes, il existe des démons paresseux et suffisants, mais qui sait ? Peut être est-ce là une réputation que ces créatures entretiennent.

En vérité, les démons de la paresse portent ce nom parce que c’est de cette partie de l’esprit humain qu’ils se nourrissent. Doute, apathie, entropie : voilà ce qu’ils s’attachent à propager. Le démon de la paresse multiplie les visages pour mieux se dissimuler. Maître des formes et des masques, il se trouve toujours où on l’attend le moins… et de sa cachette, il propage son influence. Une communauté en proie à un tel démon risque fort de devenir un cloaque décadent où l’injustice n’encourt nul châtiment, sans même que les habitants prennent conscience d’un quelconque changement. Loin de ses artifices, le démon de la paresse est une créature faible et chétive, qui préfère largement rendre sa victime impuissante sans avoir à porter la main sur elle. Il convient de mobiliser toute sa volonté pour affronter pareille créature et percer à jour ses nombreux déguisements.

-- Extrait des réflexions d'un érudit, anonyme, Âges Sombre.

Nous les appelions autrefois démons de la paresse, mais nous avons appris que les démons du désespoir étaient tout autres. Ils ne sont pas l’antithèse de la justice ou du courage, mais plutôt de l’espoir. Ils génèrent des cauchemars qui rongent l’identité et la motivation. Ils sont attirés par les endroits où vivent les opprimés : bascloîtres, taudis, prisons, etc. Le miasme qu’ils propagent peut engendrer des comportements extrêmes, comme des vagues de suicides inexpliqués, des hommes et femmes emplis d’un chagrin tel qu’ils craquent. Les plus intelligentes de ces créatures sont extrêmement dangereuses, car non seulement elles se nourrissent du désespoir, mais elles en comprennent aussi ses causes… Et sont ainsi capables de l’engendrer. Dans la pénombre, elles détruisent des vies et boivent les larmes versées par des innocents qui n’ont aucune idée que leur malheur n’est pas dû au hasard.

-- Extrait d’une conférence donnée par l’illustre chasseur ser Hayward de l’Ordre des Templiers, Âges Sombres.








Les démons de l'envie


Les démons de l'Envie sont constitués d'autant d'arrogance que de lâcheté. Ils isolent leurs victimes pour les étudier à l'envie, en cherchant à se mettre dans leur peau. Une fois convaincu de connaître le sujet sur lequel il a jeté son dévolu, le démon prend la forme du pauvre hère et le laisse pourrir sur place. Cependant, son envie n'est jamais satisfaite et il en veut toujours plus : plus de puissance, plus de talent, plus d'inspiration. Ceci l'incite donc à chercher une nouvelle proie, laissant derrière lui un sillage d'identités volées.

C'est au moment de cette transition que le démon de l'envie est le plus faible : il est vulnérable lorsqu'il passe d'un corps à l'autre et qu'il imite servilement les habitudes de son ancienne identité avant de trouver un autre mortel à copier. C'est pour cela que j'écris ces lignes. L'homme recroquevillé devant moi désirait tant savoir ce qu'un démon pense, veut et ressent. Il voulait qu'on lui décrive absolument tout. Il résiste, tel un prisonnier dans sa propre maison, mais je le sais déjà. J'ai la même soif de connaissances que lui. Que moi, bientôt.

- Parchemin trouvé sur le cadavre de l'érudit "Esmar Treviento" par les templiers qui l'ont traqué, Âges Sombres.








Les démons de la peur


Nous considérons les démons de la peur comme des créatures inférieures, puissantes mais simples, comme ces bêtes ordinaires que sont la fureur ou la faim. Mais la peur a de multiples visages, des phobies ridicules de la noblesse choyée aux menaces bien réelles que constituent la magie, les démons ou les dragons.

S’il existait un démon de la peur ayant adopté une forme plus intelligente et plus spécifique que les autres, ce serait un démon qui se concentrerait sur la peur du retour de la Magie. C’est l’expérience que je vais mener. Quand vous lirez ces lignes, mes amis, je serai endormie et je voyagerai dans l’Immatériel à la recherche d’une telle créature. Si je ne me trompe pas, elle fournira une source d’informations inégalée. J’ai ordonné aux scribes d’écrire rapidement à mon retour. J’aurai beaucoup de choses à raconter.

- Lettre trouvée à côté du corps endormi de l’enchanteresse de rang Jessimerre, sa dernière communication connue avant qu’elle ne soit possédée, puis tuée avec douze mages, neuf templiers et un nombre indéfini d’apprentis et d’Apaisés, aux mains du chevalier-sous-capitaine Hewlgarre, Âges Sombres.

Nous avons entendu leurs cris à des kilomètres, dans la nuit noire, où nous ne pouvions rien voir. A l’époque où je travaillais à la ferme de mon oncle dans le bannorn, un veau était tombé dans une crevasse et s’était cassé une patte. J’aurais dû aller chercher de l’aide, mais je pensais pouvoir le remonter tout seul. Malheureusement, je n’étais pas assez fort, et à chaque fois que j’essayais de le tirer, sa patte… Les cris de ce veau me hantent encore aujourd’hui, et c’est ça que j’ai entendu dans la nuit. Comme s’il était revenu pour m’arracher la jambe tout doucement, pour que je comprenne ce que je lui avais fait subir.

Mais nous avons tous entendu quelque chose de différent, vous voyez ? L’un des autres a dit qu’il avait rencontré une engeance à Ostagar, et que le cri qu’il avait entendu provenait d’une créature appelée « hurleur ». Un autre a entendu un rugissement de dragon, comme celui que poussait la bête qui avait incinéré sa famille. C’est là que j’ai compris que nous avions affaire à un démon ; une créature qui ne voulait pas simplement nous faire peur, mais plutôt nous faire pleurer de terreur et fuir pour sauver notre vie.

Et c’est ce que nous avons fait. Je ne pourrais même pas dire à quoi il ressemblait. Il était caché dans l’ombre, et même si nous étions prêts à nous battre, je me suis enfui quand il a poussé son cri. Je n’ai pas pu m’en empêcher. J’ai perdu le contrôle de ma vessie, j’ai lâché mon épée et j’ai pris mes jambes à mon cou. Ce n’est que plus tard que je me suis rendu compte que j’avais été séparé des autres et qu’il n’y avait pas un démon, mais plusieurs, désireux de s’abreuver de mes larmes de terreur.

- Extrait d’un rapport remis par Haren, soldat de l’armée féreldienne, Âges Sombres.

Quelles sont, d’après vous, les pulsions les plus primaires de l’humanité ? La colère ? La faim ? La plus primitive de toutes est peut-être la peur. Mêmes les plus jeunes d’entre nous comprennent ce concept, dont la puissance brute domine presque tout le reste. Un démon qui se nourrit de peur n’est pas la plus sophistiquée des créatures. Il imite les formes qu’il perçoit dans les cauchemars des mortels, espérant ainsi déclencher la réaction qu’il recherche. Cependant, certains de ces démons rencontrent des terreurs ancrées bien plus profondément : peur de l’avenir, du chaos et du désordre, de l’échec… Ce type de démon développe un goût bien plus raffiné et sait attaquer la psyché de sa cible au lieu de rechercher une simple frayeur. Craignez les démons de la peur qui se nourrissent des craintes d’une nation. Ils pourraient tellement gagner en puissance qu’ils domineraient l’Immatériel.

- Extrait d’un cours de ser Hayward, templier de renom.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeux-de-pouvoir.forumactif.com


Points de fidélité : 104
Masculin Duché : Nimdre
Rang social : Noblesse
Métier/Titres : Duc
Écus : 5 900

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   Aujourd'hui à 12:40

Duché de Nimdre


La religion à une part plutôt faible dans le duché de Nimdre, si on constate une importante communauté dans les villes principales, on constate finalement une minorité de croyant dans les tribus nomades.

Celles-ci encore généralement, loue d'autres dieux, plus barbares. Par conséquent, les nomades, sont moins impliquait dans la vie religieuse du duché. Néanmoins depuis peu on remarque l'apparition d'église de fortune dans les campements nomades encourageait par l'actuel duc et ses prédécesseurs.

Dans ce duché les religieux sont donc bien plus indépendants et leurs autorités éparses, il n'y a pas d'organisation prédéfinis et il est commun de rencontrer trois ou quatre mêmes églises dans un quartier prônant des dires quelques peu différents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé


Ouvrir
MessageSujet: Re: Religion du Royaume des Sept   

Revenir en haut Aller en bas
 
Religion du Royaume des Sept
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» 03. "Losing my religion" # Ash
» Ah! Que voilà un bien beau cadeau, non?
» La danse des sept voiles...
» Les souveraines du royaume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeux de Pouvoir :: Accueil :: Contexte & système de jeu :: Codex-
Sauter vers: